Affaire de l’incendie d’un haras

Maître Noachovitch a obtenu pour une mère de famille, Madame R, une grâce présidentielle partielle de vingt mois au mois d’avril 2003.

Madame R. avait été condamnée par la Cour d’appel à trois ans de prison ferme pour avoir incendié un centre équestre.

Depuis le début de cette affaire, Madame R. clamait son innocence et elle avait d’ailleurs été relaxée en première instance en ce qui concernait l’accusation d’incendie.

Maître Sylvie Noachovitch qui se bat contre les erreurs judiciaires et qui a été saisie par Madame R. postérieurement à sa condamnation, a multiplié les démarches dans un très court laps de temps pour que sa cliente sorte de prison (saisine de la commission de Révision, courriers et demandes d’audiences au Ministère de la Justice et à l’Elysée, courriers au Procureur Général).

C’est ainsi que Madame R. a bénéficié d’une grâce présidentielle et est sortie de prison après un mois, ce qui lui a permis de retrouver sa liberté et son fils âgé de quatorze ans.